Agrégateur de flux

« Y a-t-il encore au Québec une ministre responsable de la Condition féminine ? »

FTQ - ven, 13/03/2015 - 13:29
Montréal, le 13 mars 2015 – Le Collectif 8 mars, composé d’organisations qui s’expriment au nom d’un million de femmes du Québec, sort indigné de sa rencontre avec la ministre responsable de la Condition féminine. Le constat des femmes qui ont rencontré ce matin Stéphanie Vallée est clair : il n’y a personne pour défendre les droits des femmes au sein de ce gouvernement. « La ministre partage la préoccupation de ses collègues du gouvernement d’atteindre le déficit zéro à tout prix au point de refuser d’analyser l’impact sur les femmes des mesures, lois et politiques gouvernementales. Les préoccupations des femmes aux prises avec les répercussions des politiques d’austérité apparaissent secondaires à ses yeux », a déclaré Alexa Conradi, porte-parole du Collectif et présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

Cette rencontre se voulait un véritable cri d’alarme, un levier pour faire entendre la voix des femmes, leurs revendications, les injustices qu’elles vivent dans un contexte d’austérité qui ne fait qu’accentuer les inégalités entre les femmes et les hommes. « Or ce cri d’alarme n’a pas été entendu du tout. La ministre ne reconnait pas les faits que nous avançons et n’accorde aucun crédit aux études que nous lui avons soumises. »

Le temps n’est pas venu…

FTQ - jeu, 12/03/2015 - 15:17
S’il y a une chose avec laquelle nous sommes d’accord, c’est que les députés de l’Assemblée nationale ne sont pas trop payés. Leur charge de travail, leurs nombreuses responsabilités et la comparaison avec les autres législatures canadiennes sont autant d’arguments favorables à une révision à la hausse de leurs conditions de travail. Comme le souligne Bernard Descôteaux dans son éditorial Le temps d’agir (5 mars 2015), de sérieux ajustements sont nécessaires et le rapport indépendant L’Heureux-Dubé leur donne tous les outils nécessaires pour procéder de façon non partisane. Mais de notre point de vue, contrairement à ce qu’avance M. Descôteaux, le temps n’est pas venu d’agir.

Il s’est écoulé plusieurs décennies entre le moment où des études ont identifié la flagrante injustice salariale qui sévissait, et qui sévit encore, entre les femmes et les hommes et le moment où le gouvernement du Québec a décidé de passer à l’acte avec l’adoption de la Loi sur l’équité salariale en 1996 (dont l’application concrète a requis plus d’une décennie de tractations). On doit le souligner non parce qu’il s’agit d’un exemple à suivre, au contraire, mais plutôt parce les députés sont juges et partie dans le choix de leur propre traitement salarial, il n’est donc pas inutile de rappeler les réalités de la négociation des conditions de travail.

Lorsqu’on négocie des conditions de travail, il y a une chose que l’on apprend à la dure : ces conditions sont toujours tributaires d’une conjoncture donnée. Le gouvernement voudrait augmenter de 40 % la rémunération de ses ministres occupés à sabrer les dépenses publiques, en abolissant des emplois, en réduisant la rémunération réelle des employés du secteur public et en portant atteinte aux services publics, en particulier ceux accessibles aux moins nantis. C’est tout simplement indécent.

Le temps n’est pas venu…

FTQ - jeu, 12/03/2015 - 15:17
S’il y a une chose avec laquelle nous sommes d’accord, c’est que les députés de l’Assemblée nationale ne sont pas trop payés. Leur charge de travail, leurs nombreuses responsabilités et la comparaison avec les autres législatures canadiennes sont autant d’arguments favorables à une révision à la hausse de leurs conditions de travail. Comme le souligne Bernard Descôteaux dans son éditorial Le temps d’agir (5 mars 2015), de sérieux ajustements sont nécessaires et le rapport indépendant L’Heureux-Dubé leur donne tous les outils nécessaires pour procéder de façon non partisane. Mais de notre point de vue, contrairement à ce qu’avance M. Descôteaux, le temps n’est pas venu d’agir.

Il s’est écoulé plusieurs décennies entre le moment où des études ont identifié la flagrante injustice salariale qui sévissait, et qui sévit encore, entre les femmes et les hommes et le moment où le gouvernement du Québec a décidé de passer à l’acte avec l’adoption de la Loi sur l’équité salariale en 1996 (dont l’application concrète a requis plus d’une décennie de tractations). On doit le souligner non parce qu’il s’agit d’un exemple à suivre, au contraire, mais plutôt parce les députés sont juges et partie dans le choix de leur propre traitement salarial, il n’est donc pas inutile de rappeler les réalités de la négociation des conditions de travail.

Lorsqu’on négocie des conditions de travail, il y a une chose que l’on apprend à la dure : ces conditions sont toujours tributaires d’une conjoncture donnée. Le gouvernement voudrait augmenter de 40 % la rémunération de ses ministres occupés à sabrer les dépenses publiques, en abolissant des emplois, en réduisant la rémunération réelle des employés du secteur public et en portant atteinte aux services publics, en particulier ceux accessibles aux moins nantis. C’est tout simplement indécent.

Mars : le mois de la francophonie

FTQ - mer, 11/03/2015 - 10:44
Tous les ans, au mois de mars, la FTQ organise, dans le cadre de la Francofête, la Semaine du français au travail. Au Québec, la Francofête est un événement annuel coordonné par l’Office québécois de la langue française (OQLF) qui a pour but de promouvoir, par des manifestations et des activités, l’utilisation et la promotion de la langue française. En 2015, c’est du 16 au 29 mars que l’OQLF invite les Québécois et Québécoises à célébrer le français.

Consultez le site de la Francofête.


Du 16 au 20 mars : la FTQ célèbre le français au travail

Pour célébrer comme il se doit la Semaine du français au travail, la FTQ a retenu le thème La francisation des entreprises, un travail d’équipe ! À cette occasion, nous proposons aux sections locales et aux syndicats affiliés de mettre à l’honneur l’importance de promouvoir l’usage du français dans nos milieux de travail. Du 16 au 20 mars 2015, de nombreuses activités seront mises de l’avant afin de permettre une meilleure participation des milieux de travail. La FTQ offre gratuitement à ses membres affiliés du matériel promotionnel (affiches, jeux linguistiques, napperons, aimantins, etc.) pour soutenir l’organisation d’activités dans les milieux de travail.

Mars : le mois de la francophonie

FTQ - mer, 11/03/2015 - 10:44
Tous les ans, au mois de mars, la FTQ organise, dans le cadre de la Francofête, la Semaine du français au travail. Au Québec, la Francofête est un événement annuel coordonné par l’Office québécois de la langue française (OQLF) qui a pour but de promouvoir, par des manifestations et des activités, l’utilisation et la promotion de la langue française. En 2015, c’est du 16 au 29 mars que l’OQLF invite les Québécois et Québécoises à célébrer le français.

Consultez le site de la Francofête.


Du 16 au 20 mars : la FTQ célèbre le français au travail

Pour célébrer comme il se doit la Semaine du français au travail, la FTQ a retenu le thème La francisation des entreprises, un travail d’équipe ! À cette occasion, nous proposons aux sections locales et aux syndicats affiliés de mettre à l’honneur l’importance de promouvoir l’usage du français dans nos milieux de travail. Du 16 au 20 mars 2015, de nombreuses activités seront mises de l’avant afin de permettre une meilleure participation des milieux de travail. La FTQ offre gratuitement à ses membres affiliés du matériel promotionnel (affiches, jeux linguistiques, napperons, aimantins, etc.) pour soutenir l’organisation d’activités dans les milieux de travail.

Semaine de l’itinérance du 9 au 13 mars - Lutter contre l’austérité par l’engagement dans la communauté!

FTQ - lun, 09/03/2015 - 08:09
Montréal, le 9 mars 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses syndicats affiliés sont fiers d’annoncer la tenue d’une première semaine de l’itinérance, mise sur pied dans le but de venir en aide aux personnes sans-abri. « Il s’agit pour nous d’une façon très concrète de lutter contre les politiques d’austérité du gouvernement Couillard, qui touchent de plein fouet les moins bien nantis de notre société. Cette semaine d’actions, qui se renouvellera chaque année, est aussi une occasion de réaffirmer nos valeurs de justice sociale et de solidarité, en nous investissant dans notre communauté », explique le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Il est difficile d’évaluer précisément le nombre de personnes itinérantes dans la métropole, mais leur nombre est malheureusement en constante évolution et les organismes qui leur viennent en aide sont très inquiets des conséquences des politiques d’austérité économiques. C’est dans ce contexte que la FTQ et ses syndicats ont eu l’idée originale de contacter divers groupes d’aide afin de leur offrir du temps et de l’argent pour leur venir en aide.

Plusieurs activités sont prévues tout au long de la semaine. En voici un aperçu :

Aujourd’hui, lundi 9 mars
10 h : distribution de nourriture et travaux de réparation au Refuge des jeunes
Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et FTQ-Construction

Mercredi 11 mars
Service du petit-déjeuner pour 600 personnes à l’Accueil Bonneau et service du souper à la Mission Old Brewery
(Une collecte de vêtements a eu lieu et les vêtements seront également remis à l’Accueil Bonneau)
Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (SQEES-298) et Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) et syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC)

Jeudi 12 mars
Remises de bourses à l’organisme Dans la rue et au Centre de jour Chez Pops pour encourager des jeunes à poursuivre leurs études
Syndicat des Métallos

Vendredi 13 mars – 16 h
Service du souper à la Mission Old Brewery
Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA)

Au courant de la semaine
Contributions financières aux ateliers de peinture de la maison d’hébergement pour femmes l’Auberge Madeleine
Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), syndicat Unifor, Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB)

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.

Semaine de l’itinérance du 9 au 13 mars - Lutter contre l’austérité par l’engagement dans la communauté!

FTQ - lun, 09/03/2015 - 08:09
Montréal, le 9 mars 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses syndicats affiliés sont fiers d’annoncer la tenue d’une première semaine de l’itinérance, mise sur pied dans le but de venir en aide aux personnes sans-abri. « Il s’agit pour nous d’une façon très concrète de lutter contre les politiques d’austérité du gouvernement Couillard, qui touchent de plein fouet les moins bien nantis de notre société. Cette semaine d’actions, qui se renouvellera chaque année, est aussi une occasion de réaffirmer nos valeurs de justice sociale et de solidarité, en nous investissant dans notre communauté », explique le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Il est difficile d’évaluer précisément le nombre de personnes itinérantes dans la métropole, mais leur nombre est malheureusement en constante évolution et les organismes qui leur viennent en aide sont très inquiets des conséquences des politiques d’austérité économiques. C’est dans ce contexte que la FTQ et ses syndicats ont eu l’idée originale de contacter divers groupes d’aide afin de leur offrir du temps et de l’argent pour leur venir en aide.

Plusieurs activités sont prévues tout au long de la semaine. En voici un aperçu :

Aujourd’hui, lundi 9 mars
10 h : distribution de nourriture et travaux de réparation au Refuge des jeunes
Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et FTQ-Construction

Mercredi 11 mars
Service du petit-déjeuner pour 600 personnes à l’Accueil Bonneau et service du souper à la Mission Old Brewery
(Une collecte de vêtements a eu lieu et les vêtements seront également remis à l’Accueil Bonneau)
Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (SQEES-298) et Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) et syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC)

Jeudi 12 mars
Remises de bourses à l’organisme Dans la rue et au Centre de jour Chez Pops pour encourager des jeunes à poursuivre leurs études
Syndicat des Métallos

Vendredi 13 mars – 16 h
Service du souper à la Mission Old Brewery
Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA)

Au courant de la semaine
Contributions financières aux ateliers de peinture de la maison d’hébergement pour femmes l’Auberge Madeleine
Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), syndicat Unifor, Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB)

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.

Semaine de l'itinérance du 9 au 13 mars - Lutter contre l'austérité par l'engagement dans la communauté!

FTQ - lun, 09/03/2015 - 07:33
Montréal, le 9 mars 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses syndicats affiliés sont fiers d'annoncer la tenue d'une première semaine de l'itinérance, mise sur pied dans le but de venir en aide aux personnes sans-abri. « Il s'agit pour nous d'une façon très concrète de lutter contre les politiques d'austérité du gouvernement Couillard, qui touchent de plein fouet les moins bien nantis de notre société. Cette semaine d'actions, qui se renouvellera chaque année, est aussi une occasion de réaffirmer nos valeurs de justice sociale et de solidarité, en nous investissant dans notre communauté », explique le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Il est difficile d'évaluer précisément le nombre de personnes itinérantes dans la métropole, mais leur nombre est malheureusement en constante évolution et les organismes qui leur viennent en aide sont très inquiets des conséquences des politiques d'austérité économiques. C'est dans ce contexte que la FTQ et ses syndicats ont eu l'idée originale de contacter divers groupes d'aide afin de leur offrir du temps et de l'argent pour leur venir en aide.

Plusieurs activités sont prévues tout au long de la semaine. En voici un aperçu :

Aujourd'hui, lundi 9 mars
10 h : distribution de nourriture et travaux de réparation au Refuge des jeunes
Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et FTQ-Construction

Mercredi 11 mars
Service du petit-déjeuner à l'Accueil Bonneau et service du souper à la Mission Old Brewery
Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (SQEES-298) et Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) et syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce (TUAC)

Jeudi 12 mars
Remises de bourses à l'organisme Dans la rue et au Centre de jour Chez Pops pour encourager des jeunes à poursuivre leurs études
Syndicat des Métallos

Vendredi 13 mars – 16 h
Service du souper à la Mission Old Brewery
Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l'aérospatiale (AIMTA)

Au courant de la semaine
Contributions financières aux ateliers de peinture de la maison d'hébergement pour femmes l'Auberge Madeleine
Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), syndicat Unifor, Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB)

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.

Marche mondiale des femmes en 2015 - Une année de résistances féministes

FTQ - dim, 08/03/2015 - 15:35
Montréal, le 8 mars 2015. Cet après-midi, des centaines de militantes de la Marche mondiale des femmes (MMF) se sont donné rendez-vous au centre-ville de Montréal pour s'opposer à l'austérité, la destruction environnementale et la militarisation. Elles se sont jointes à la marche annuelle organisée par le collectif Femmes de diverses origines à l'occasion de la Journée internationale des femmes. La Marche mondiale des femmes a tenu à reconnaître le leadership des femmes immigrantes et des femmes de couleur dans les luttes contre la complicité des États avec la violence, la pauvreté et la répression contre les femmes de toutes origines et pour un monde plus juste pour toutes.

La journée a débuté avec une action éclair devant l'entreprise Suncor dans l'est de Montréal. Une centaine de militantes ont érigé un mur de femmes pour s'opposer au développement de projets d'oléoducs transportant le pétrole des sables bitumineux. « Femmes autochtones au Québec (FAQ) est heureuse de cette alliance entre Québécoises et Autochtones pour la défense de notre Terre », de dire la porte-parole de la MMF, Viviane Michel, également présidente de la FAQ.

Les mobilisations entourant le lancement de la 4e action internationale de la MMF se sont poursuivies en début d'après-midi au centre-ville de Montréal. Alors que des centaines de femmes ont pris la rue, plusieurs militantes de la Coalition montréalaise de la MMF se sont donné rendez-vous à la Place Montréal Trust pour une deuxième action éclair dénonçant le rôle toujours plus grand que joue le Canada dans la militarisation des conflits et la culture de la peur. Les militantes se dissocient de l'implication du Canada dans les conflits armés qui dépossèdent les femmes en utilisant leurs corps comme champ de bataille ou butin de guerre.

Marche mondiale des femmes en 2015 - Une année de résistances féministes

FTQ - dim, 08/03/2015 - 15:35
Montréal, le 8 mars 2015. Cet après-midi, des centaines de militantes de la Marche mondiale des femmes (MMF) se sont donné rendez-vous au centre-ville de Montréal pour s'opposer à l'austérité, la destruction environnementale et la militarisation. Elles se sont jointes à la marche annuelle organisée par le collectif Femmes de diverses origines à l'occasion de la Journée internationale des femmes. La Marche mondiale des femmes a tenu à reconnaître le leadership des femmes immigrantes et des femmes de couleur dans les luttes contre la complicité des États avec la violence, la pauvreté et la répression contre les femmes de toutes origines et pour un monde plus juste pour toutes.

La journée a débuté avec une action éclair devant l'entreprise Suncor dans l'est de Montréal. Une centaine de militantes ont érigé un mur de femmes pour s'opposer au développement de projets d'oléoducs transportant le pétrole des sables bitumineux. « Femmes autochtones au Québec (FAQ) est heureuse de cette alliance entre Québécoises et Autochtones pour la défense de notre Terre », de dire la porte-parole de la MMF, Viviane Michel, également présidente de la FAQ.

Les mobilisations entourant le lancement de la 4e action internationale de la MMF se sont poursuivies en début d'après-midi au centre-ville de Montréal. Alors que des centaines de femmes ont pris la rue, plusieurs militantes de la Coalition montréalaise de la MMF se sont donné rendez-vous à la Place Montréal Trust pour une deuxième action éclair dénonçant le rôle toujours plus grand que joue le Canada dans la militarisation des conflits et la culture de la peur. Les militantes se dissocient de l'implication du Canada dans les conflits armés qui dépossèdent les femmes en utilisant leurs corps comme champ de bataille ou butin de guerre.

Séminaire FTQ sur la retraite 2015 - Agissons pour des retraites décentes

FTQ - mer, 04/03/2015 - 13:25
L’année 2015 s’annonce encore forte en rebondissements dans le dossier de la retraite. Difficile de passer à côté du processus de restructuration des régimes de retraite et en particulier de l’adoption du projet de loi no 3 touchant les régimes du secteur municipal. Quelles seront les conséquences de ces restructurations sur nos régimes et sur notre modèle de relation de travail?

Les 31 mars et 1er avril prochains, les conférencières et conférenciers invités discuteront, entre autres, de l’opposition du gouvernement Harper à la bonification du Régime de rentes du Québec et de la proposition du gouvernement ontarien de bonification aux régimes publics, d’avenir pour les régimes à prestations déterminées et de gestion des risques dans ces derniers.

Séminaire FTQ sur la retraite 2015 - Agissons pour des retraites décentes

FTQ - mer, 04/03/2015 - 13:25
L’année 2015 s’annonce encore forte en rebondissements dans le dossier de la retraite. Difficile de passer à côté du processus de restructuration des régimes de retraite et en particulier de l’adoption du projet de loi no 3 touchant les régimes du secteur municipal. Quelles seront les conséquences de ces restructurations sur nos régimes et sur notre modèle de relation de travail?

Les 31 mars et 1er avril prochains, les conférencières et conférenciers invités discuteront, entre autres, de l’opposition du gouvernement Harper à la bonification du Régime de rentes du Québec et de la proposition du gouvernement ontarien de bonification aux régimes publics, d’avenir pour les régimes à prestations déterminées et de gestion des risques dans ces derniers.

Réaction du Collectif 8 mars à l’étude de l’IRIS - Une fois de plus, l’austérité pénalise gravement les femmes

FTQ - lun, 02/03/2015 - 11:00
Montréal, le 2 mars 2015 – À la suite du dévoilement ce matin d’une étude menée par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) portant sur les mesures d’austérité et les femmes1, les membres du Collectif 8 mars sonnent l’alarme sur la gravité de la situation.

« L’étude de l’IRIS confirme une conviction que nous avions depuis longtemps : les mesures d’austérité pénalisent davantage les femmes, à plus forte raison lorsqu’elles sont pauvres, immigrantes, racisées ou vivant avec un handicap », a déclaré d’entrée de jeu Alexa Conradi, porte-parole du Collectif 8 mars et présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

Au Québec, les mesures d’austérité se traduisent plus particulièrement par une diminution des services de l’État et de la fonction publique ainsi que par une attaque systématique aux programmes sociaux : abolition du tarif unique dans les centres de la petite enfance (CPE), saccage des régimes de retraite, coupes dans les groupes de défense des droits des femmes, gels de salaires et réductions de personnel, tout y passe. Force est de constater que les femmes sont une fois de plus perdantes : ces dernières absorbent les mesures d’austérité à hauteur de 13 milliards de dollars alors que les hommes en assument 9,9 milliards (2008-2009 à 2013-2014).

Réaction du Collectif 8 mars à l’étude de l’IRIS - Une fois de plus, l’austérité pénalise gravement les femmes

FTQ - lun, 02/03/2015 - 11:00
Montréal, le 2 mars 2015 – À la suite du dévoilement ce matin d’une étude menée par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) portant sur les mesures d’austérité et les femmes1, les membres du Collectif 8 mars sonnent l’alarme sur la gravité de la situation.

« L’étude de l’IRIS confirme une conviction que nous avions depuis longtemps : les mesures d’austérité pénalisent davantage les femmes, à plus forte raison lorsqu’elles sont pauvres, immigrantes, racisées ou vivant avec un handicap », a déclaré d’entrée de jeu Alexa Conradi, porte-parole du Collectif 8 mars et présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

Au Québec, les mesures d’austérité se traduisent plus particulièrement par une diminution des services de l’État et de la fonction publique ainsi que par une attaque systématique aux programmes sociaux : abolition du tarif unique dans les centres de la petite enfance (CPE), saccage des régimes de retraite, coupes dans les groupes de défense des droits des femmes, gels de salaires et réductions de personnel, tout y passe. Force est de constater que les femmes sont une fois de plus perdantes : ces dernières absorbent les mesures d’austérité à hauteur de 13 milliards de dollars alors que les hommes en assument 9,9 milliards (2008-2009 à 2013-2014).

La FTQ au Forum social mondial de Tunis en 2015

FTQ - ven, 27/02/2015 - 11:00
Plusieurs organisations de la société civile, dont la FTQ, ont joint leurs forces pour mettre sur pied le collectif québécois qui prendra part à la prochaine édition du Forum social mondial (FSM) qui se tiendra du 24 au 29 mars prochain à Tunis.

La FTQ travaille depuis le mois de novembre avec UNI-Alter, les YMCA du Québec, l’Association québécoise des organismes de coopération internationale et Femmes autochtones du Québec. Déjà, trois sessions de formation préparatoires ont eu lieu. Le collectif organisera près d’une dizaine d’ateliers et de conférences au FSM. Pour sa part, la FTQ prépare deux ateliers : l’un sur la mobilisation en période de lutte contre les politiques d’austérité et l’autre sur l’exploitation minière.

La FTQ au Forum social mondial de Tunis en 2015

FTQ - ven, 27/02/2015 - 11:00
Plusieurs organisations de la société civile, dont la FTQ, ont joint leurs forces pour mettre sur pied le collectif québécois qui prendra part à la prochaine édition du Forum social mondial (FSM) qui se tiendra du 24 au 29 mars prochain à Tunis.

La FTQ travaille depuis le mois de novembre avec UNI-Alter, les YMCA du Québec, l’Association québécoise des organismes de coopération internationale et Femmes autochtones du Québec. Déjà, trois sessions de formation préparatoires ont eu lieu. Le collectif organisera près d’une dizaine d’ateliers et de conférences au FSM. Pour sa part, la FTQ prépare deux ateliers : l’un sur la mobilisation en période de lutte contre les politiques d’austérité et l’autre sur l’exploitation minière.

Rémunération du secteur public - Le Front commun déplore le peu de sérieux de l’étude de l’Institut Fraser

FTQ - jeu, 26/02/2015 - 15:00
Montréal, le 26 février 2015 – Alors que les études de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) constatent, année après année, le retard de la rémunération globale des salariés de l’État québécois, le manque de rigueur de l’étude de l’Institut Fraser publiée aujourd’hui trahit le penchant idéologique de cet organisme, estime le Front commun.

D’entrée de jeu, les auteurs reconnaissent que « les informations disponibles sur les avantages sociaux sont insuffisantes pour comparer définitivement la rémunération totale entre les deux secteurs », ce qui discrédite d’emblée les conclusions qu’ils peuvent tirer de leurs travaux. De plus, en amalgamant dans la catégorie « secteur public » les employés des paliers municipal, provincial, fédéral ainsi que des sociétés d’État, la comparaison salariale ne peut être exportée aux 540 000 employés de l’État québécois qui sont actuellement en négociation pour le renouvellement de leurs conventions collectives. Au sujet des régimes de retraite, l'étude ne tient compte que de la mesure de la « couverture » de ces régimes et néglige l'analyse des coûts de ces derniers. Or, l'étude menée par l'ISQ analyse directement ces coûts. Année après année, elle démontre que le régime de retraite public est avantageux pour le gouvernement du Québec comparativement aux autres employeurs du Québec. Enfin, aucune mesure comparative sérieuse ne leur permet d’identifier des emplois « comparables » entre les secteurs public et privé.

Rémunération du secteur public - Le Front commun déplore le peu de sérieux de l’étude de l’Institut Fraser

FTQ - jeu, 26/02/2015 - 15:00
Montréal, le 26 février 2015 – Alors que les études de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) constatent, année après année, le retard de la rémunération globale des salariés de l’État québécois, le manque de rigueur de l’étude de l’Institut Fraser publiée aujourd’hui trahit le penchant idéologique de cet organisme, estime le Front commun.

D’entrée de jeu, les auteurs reconnaissent que « les informations disponibles sur les avantages sociaux sont insuffisantes pour comparer définitivement la rémunération totale entre les deux secteurs », ce qui discrédite d’emblée les conclusions qu’ils peuvent tirer de leurs travaux. De plus, en amalgamant dans la catégorie « secteur public » les employés des paliers municipal, provincial, fédéral ainsi que des sociétés d’État, la comparaison salariale ne peut être exportée aux 540 000 employés de l’État québécois qui sont actuellement en négociation pour le renouvellement de leurs conventions collectives. Au sujet des régimes de retraite, l'étude ne tient compte que de la mesure de la « couverture » de ces régimes et néglige l'analyse des coûts de ces derniers. Or, l'étude menée par l'ISQ analyse directement ces coûts. Année après année, elle démontre que le régime de retraite public est avantageux pour le gouvernement du Québec comparativement aux autres employeurs du Québec. Enfin, aucune mesure comparative sérieuse ne leur permet d’identifier des emplois « comparables » entre les secteurs public et privé.

La dette publique : pas de panique!

FTQ - mer, 25/02/2015 - 09:30
Article paru dans Le Monde Ouvrier, no 110, page 5

En novembre dernier, le Collège FTQ-Fonds offrait une formation intitulée Fiscalité 101 : comprendre les finances publiques. Au cœur de la formation, la dette publique démystifiée par notre invité, Éric Pineault, professeur à l’UQAM.

S’endetter, c’est mal vu… Nous contractons des dettes pour payer la maison, la voiture, les meubles, etc. Et nous devons rembourser nos dettes. Les États ne sont pas assujettis aux mêmes contraintes : ils ne meurent pas et ils ont un pouvoir de taxation considérable. Toutefois, ils doivent refinancer leur dette en vendant des obligations.

La dette publique : pas de panique!

FTQ - mer, 25/02/2015 - 09:30
Article paru dans Le Monde Ouvrier, no 110, page 5

En novembre dernier, le Collège FTQ-Fonds offrait une formation intitulée Fiscalité 101 : comprendre les finances publiques. Au cœur de la formation, la dette publique démystifiée par notre invité, Éric Pineault, professeur à l’UQAM.

S’endetter, c’est mal vu… Nous contractons des dettes pour payer la maison, la voiture, les meubles, etc. Et nous devons rembourser nos dettes. Les États ne sont pas assujettis aux mêmes contraintes : ils ne meurent pas et ils ont un pouvoir de taxation considérable. Toutefois, ils doivent refinancer leur dette en vendant des obligations.
Syndiquer le contenu