FTQ

Syndiquer le contenu
FTQ
Mis à jour : il y a 3 an 10 semaines

Métier : technicien en matériaux composites

ven, 20/02/2015 - 15:45
Article paru dans Le Monde Ouvrier, no 110, page 5

Les artisans des simulateurs de vol

CAE est le chef de file mondial dans la vente de simulateurs de vol et dans la formation des pilotes de ligne. L’entreprise reproduit en simulation pratiquement tous les modèles d’avions des grands transporteurs, ainsi que des jets d’affaires, des avions militaires et des hélicoptères.

Quelque 3000 personnes travaillent à l’usine principale de l’entreprise, située à Saint-Laurent. Le Monde ouvrier a rencontré Jean Brodeur, technicien en matériaux composites.

La FTQ réagit à l’annulation du volet régional du concours <span style="font-style: italic;">Chapeau, les filles!</span> pour 2015

mer, 18/02/2015 - 13:20
« Ce gouvernement est en train de perdre la tête, c’est insensé de mettre la hache dans un programme qui fait la promotion des métiers traditionnellement masculins pour les femmes, c’est une honte! » —Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

Montréal, le 18 février 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) est franchement insultée de la décision du ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, de mettre fin au volet régional du concours Chapeau, les filles! qui souligne le travail des femmes qui s’inscrivent dans un programme de formation professionnelle ou technique dans un secteur traditionnellement réservé aux hommes. « Le ministre de l’Éducation doit être complètement déconnecté de la réalité pour agir de la sorte. Ce programme, qui fait la promotion des métiers traditionnellement masculins, ne coute que 64 000 $ au gouvernement. C’est quatre fois moins que l’argent qui a été dépensé pour redécorer le bureau du ministre Jean D’Amour, heureusement que le ridicule ne tue pas », déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

« Après les hausses de tarifs dans les garderies, les coupes au Conseil du statut de la femme, les coupes en santé, les suppressions d’emplois dans la fonction publique, dont les postes sont occupés à 75 % par des femmes, on est en droit de se demander ce que le gouvernement Couillard a contre les femmes. Le ministre Bolduc doit revenir les deux pieds sur terre et remettre sur les rails ce programme qui est un succès sans précédent dans toutes les régions du Québec », ajoute la vice-présidente et représentante des femmes au Bureau de la FTQ, Louise Mercier.

Consultations prébudgétaires - Les centrales syndicales exigent de réelles actions concertées pour favoriser la relance

lun, 16/02/2015 - 13:00
(Montréal, le 16 février 2015) – Au sortir des consultations prébudgétaires menées par le gouvernement de Philippe Couillard, la CSD, la CSN, la CSQ et la FTQ exigent que le gouvernement entreprenne des actions concrètes et concertées afin d’assurer la relance économique de la province. Alors qu’il sabote les forums de développement dans les régions, le gouvernement ne peut se contenter de quelques annonces cosmétiques.

Les quatre centrales syndicales du Québec demandent au gouvernement libéral de lancer un vaste dialogue avec les différents acteurs de la société, notamment les organisations syndicales, patronales, féministes, communautaires et environnementales, afin de proposer des changements constructifs pour assurer un développement économique durable.

14 février : journée de reconnaissance des délégués sociaux et déléguées sociales de la FTQ

sam, 14/02/2015 - 06:00
Montréal, le 14 février 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) profite de ce 14 février pour saluer les quelque 2 500 déléguées sociales et délégués sociaux de la FTQ qui donnent de leur temps pour venir en aide à leurs collègues qui traversent des épreuves de la vie, particulièrement en cette période d’austérité. « Depuis le congrès de 2010, la FTQ a fait du 14 février la journée de reconnaissance des délégués sociaux et déléguées sociales. Il est important pour notre organisation de souligner par cette journée tout le travail que vous accomplissez auprès de vos consœurs et confrères, et ce, chaque jour de l’année », déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

« Le rôle des délégués sociaux et déléguées sociales de la FTQ est important. Il permet à nos membres de garder leur dignité lorsqu’ils traversent de graves problèmes. Et des problèmes il y en a, que ce soit de l’épuisement professionnel, du harcèlement psychologique, de la violence au travail, de la détresse ou de la toxicomanie. C’est avec beaucoup de reconnaissance et de fierté que nous saluons tout votre travail. Encore une fois, merci! », conclut le secrétaire général de la FTQ.

Le collectif Refusons l’austérité intensifie la mobilisation

jeu, 12/02/2015 - 16:15
Québec, le 12 février 2015. – Le grand rassemblement citoyen organisé par le collectif Refusons l’austérité, qui s’est tenu aujourd’hui au Centre des congrès de Québec et suivi d’une manifestation devant l’Assemblée nationale, a donné lieu à l’élaboration d’un plan d’action et de mobilisation qui s’accentuera au cours des prochaines semaines.

« Les impacts des coupes budgétaires dans les programmes et les services publics sont concrets, soutiennent les organisations membres du collectif. Le gouvernement vient de mettre en place un mécanisme de démantèlement du réseau public de santé qui risque grandement d’en réduire l’accessibilité et d’élargir la privatisation. Il a augmenté les tarifs pour les services de garde à la petite enfance en instaurant le principe d’utilisateur-payeur. Il impose des compressions aux universités, réduit l’aide sociale, affaiblit les régions, coupe l’aide aux devoirs. Et ce ne sont là que quelques exemples de ce qu’il fait subir à la population. »

Le collectif Refusons l'austérité accentue la mobilisation - Grand rassemblement citoyen et manifestation pour la rentrée parlementaire à Québec

dim, 08/02/2015 - 10:00
Montréal, le 8 février 2015. – À l'occasion de la reprise des activités parlementaires à Québec, le collectif Refusons l'austérité tiendra un premier grand rassemblement citoyen au Centre des congrès de Québec le jeudi 12 février prochain. Ce rassemblement sera l'occasion d'entendre des témoignages sur les impacts désastreux de la politique d'austérité du gouvernement Couillard, de se donner un plan d’action et de mobilisation commun, ainsi que de discuter de propositions concrètes qui permettraient d'alléger cet impact. La journée se terminera par une manifestation devant l'Assemblée nationale.

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard a imposé un vaste programme d'austérité pour lequel il n'a pas été élu en avril 2014. Prétextant une situation catastrophique, le gouvernement Couillard fait adopter des réformes importantes et durables qui accroîtront le rôle du secteur privé dans des secteurs publics comme la production d'électricité, la propriété et l'opération des infrastructures de transport, les services de garde éducatifs, l’éducation et les soins de santé. Ce prétexte lui permet également de s’attaquer à une multitude de services qui comptent dans la vie quotidienne de beaucoup de gens, tels que les services de garde offerts aux familles avec de jeunes enfants, le soutien aux personnes handicapées, l'aide aux devoirs, le transport des malades dans les régions éloignées, le soutien aux petites municipalités des régions, les prestations du programme d'aide sociale, etc.

L’adoption sous le bâillon du projet de loi n<span style="vertical-align: super; font-size: 75%;">o</span> 10

ven, 06/02/2015 - 15:40
Québec, le 6 février 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), et ses syndicats affiliés dans le secteur de la santé (SCFP et SQEES-298) dénoncent l’adoption sous le bâillon du projet de loi no 10 sur la fusion des établissements de santé.

« Nous aurions aimé avoir davantage d’écoute de la part du gouvernement libéral. Pour la FTQ, il n’y a aucune urgence à procéder de cette façon surtout qu’une très forte majorité des intervenants en commission parlementaire ont fait connaitre leur opposition au projet de loi », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Solidairement, avec les autres organisations syndicales, la FTQ et ses syndicats affiliés en santé participent à une vigile devant l’Assemblée nationale pour marquer leur opposition au projet de loi et au bâillon. « Ce gouvernement est en train de détruire ce que nous avons mis des années à construire, soit le modèle québécois, au profit d’une centralisation extrême des pouvoirs qui ne donnera aucun service supplémentaire à la population », affirme la présidente du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec), Lucie Levasseur.

Étude du projet de loi n<span style="vertical-align: super; font-size: 75%;">o</span> 28 visant le retour à l’équilibre budgétaire - « Le gouvernement Couillard diminue les outils de développement collectif, mais ne propose pas de politique économiq

mar, 03/02/2015 - 10:30
Québec, le 3 février 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présente devant la Commission des finances publiques son mémoire sur le projet de loi no 28. Cette loi mammouth visant le retour à l’équilibre budgétaire en 2015-2016 touche à plusieurs outils de développement économique, tels que les tarifs d’électricité et les instances de développement régional, sans proposer une politique économique cohérente. Ce texte marque également un tournant majeur dans la politique familiale du Québec en imposant un choc tarifaire dans les garderies subventionnées.

« On ne comprend pas bien l’approche des libéraux de Couillard. En campagne électorale, ils se présentaient comme des ‘’pros’’ du développement économique, ils semblaient pressés de créer 250 000 emplois. Mais une fois au pouvoir, ils disent que les coupes budgétaires et les abolitions de postes sont plus importantes pour notre santé économique. Autrement dit, au lieu de créer des emplois, on en coupe. Au lieu de renforcer nos instruments de développement, on les affaiblit! », s’exclame le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Téléchargez le mémoire.

La FTQ devant la Commission des relations avec les citoyens sur la consultation en vue d’une nouvelle politique en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion - « Notre espoir c’est d’être entendu afin que cette consultation mène à une vérita

mar, 03/02/2015 - 09:30
Québec, le 3 février 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) espère que cette nouvelle consultation sur l’immigration aboutira à la mise en œuvre d’un vrai plan de match pour l’intégration et l’inclusion des personnes immigrantes à la société québécoise. « Pour la FTQ, ce travail doit aussi se faire en partenariat avec les organisations syndicales très présentes dans les milieux de travail où il y a une forte présence de personnes immigrantes », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Emploi-Québec et la Commission des partenaires doivent aussi avoir les moyens de faciliter l’intégration et le maintien en emploi de personnes immigrantes. « Québec doit réactiver la politique d’éducation des adultes et de formation afin d’accélérer la reconnaissance des compétences et des acquis. Québec doit également favoriser l’organisation des cours de français pendant les heures de travail, le tout en collaboration avec les organisations syndicales en place », ajoute la vice-présidente de la FTQ (UES-800) et représentante des femmes au Bureau de la FTQ, Louise Mercier.

Téléchargez le mémoire.

Jugement de la Cour suprême - Une grande victoire pour les travailleuses et les travailleurs du secteur public, estime le Front commun

dim, 01/02/2015 - 13:57
Montréal, le 1er février 2015 – Les organisations membres du Front commun accueillent avec beaucoup d’enthousiasme la décision de la Cour suprême qui reconnait que le droit de grève est inhérent au droit d’association et que des restrictions trop importantes à celui-ci sont inconstitutionnelles. Elles étudieront avec attention le jugement de la Cour suprême dévoilé vendredi dernier qui invalide la loi sur les services essentiels en Saskatchewan.

« Il s’agit d’une grande victoire pour les travailleuses et les travailleurs du secteur public québécois, estime Lucie Martineau, porte-parole du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP). Depuis l’adoption de la Loi sur les services essentiels au Québec en 1986, nos organisations ont déploré à de nombreuses reprises que les limitations du droit de grève dans le secteur public brisaient l’équilibre nécessaire du rapport de force entre les salariés de l’État et celui-ci, qui assume à la fois les rôles d’employeur et de législateur. »

« Alors que s’amorcent les négociations des 540 000 employés du gouvernement du Québec, ce jugement ne pouvait mieux tomber, estime Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN. Les limitations de leur droit de grève, qu’elles découlent de la Loi sur les services essentiels ou des nombreuses lois spéciales qui ont marqué l’histoire des négociations du secteur public, ne sont pas étrangères au retard de la rémunération globale qu’accusent les employés de l’État par rapport aux autres salariés québécois. » Cet écart se situe à 7,6%, selon les travaux publiés par l’Institut de la statistique du Québec en novembre dernier, en tenant compte du régime de retraite et de l’ensemble des avantages sociaux, et ce, pour des emplois comparables.

Décision historique de la Cour Suprême sur le droit de grève - « Nous sommes soulagés et ravis que la Cour Suprême redonne tout son sens au droit de grève » – Daniel Boyer, président, et Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ.

ven, 30/01/2015 - 14:27
Montréal, le 30 janvier 2015. – Le président, le secrétaire général, ainsi que l’ensemble des syndicats affiliés à la FTQ se réjouissent de la décision de la Cour Suprême de réaffirmer le droit de grève comme droit fondamental, à l’issue de l’affaire qui opposait la Fédération du travail de la Saskatchewan et le gouvernement de cette province. « Cette décision est historique, parce qu’elle vient rétablir un équilibre dans le rapport de force entre les employés du secteur public et leur employeur, alors que celui-ci s’était nettement détérioré en raison des interventions des gouvernements », explique Daniel Boyer, président de la FTQ, au sujet du droit de grève des travailleuses et travailleurs du secteur public.

« Cette décision majeure vient changer l’état du droit actuel en matière de droit de grève, elle vient réaffirmer que le droit de grève est lié directement au droit d’association et, donc, aux droits que la Charte des droits et libertés nous permet d’exercer en tant que personnes », ajoute Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ. La centrale considère ce jugement comme un tournant historique qui était devenu nécessaire depuis que ce même tribunal avait, à la fin des années 1980, mis sérieusement à mal l’équilibre du rapport de force sur lequel repose l’ensemble de l’édifice des relations de travail au Canada et au Québec.

Décision historique de la Cour Suprême sur le droit de grève - « Nous sommes soulagés et ravis que la Cour Suprême redonne tout son sens au droit de grève » – Daniel Boyer, président, et Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ.

ven, 30/01/2015 - 14:27
Montréal, le 30 janvier 2015. – Le président, le secrétaire général, ainsi que l’ensemble des syndicats affiliés à la FTQ se réjouissent de la décision de la Cour Suprême de réaffirmer le droit de grève comme droit fondamental, à l’issue de l’affaire qui opposait la Fédération du travail de la Saskatchewan et le gouvernement de cette province. « Cette décision est historique, parce qu’elle vient rétablir un équilibre dans le rapport de force entre les employés du secteur public et leur employeur, alors que celui-ci s’était nettement détérioré en raison des interventions des gouvernements », explique Daniel Boyer, président de la FTQ, au sujet du droit de grève des travailleuses et travailleurs du secteur public.

« Cette décision majeure vient changer l’état du droit actuel en matière de droit de grève, elle vient réaffirmer que le droit de grève est lié directement au droit d’association et, donc, aux droits que la Charte des droits et libertés nous permet d’exercer en tant que personnes », ajoute Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ. La centrale considère ce jugement comme un tournant historique qui était devenu nécessaire depuis que ce même tribunal avait, à la fin des années 1980, mis sérieusement à mal l’équilibre du rapport de force sur lequel repose l’ensemble de l’édifice des relations de travail au Canada et au Québec.

La grande famille de la FTQ est en deuil

ven, 30/01/2015 - 09:49
Le confrère Guy Farrell, adjoint au directeur québécois des Métallos, est décédé le 29 janvier à l’âge de 58 ans, entouré de ses proches, à la Maison de soins palliatifs la Source bleue à Boucherville. Ce grand gaillard à la voix de stentor et au cœur d’or a marqué sa famille syndicale, par son militantisme, son courage, sa combativité. Toujours prêt à détendre l’atmosphère, il s’intéressait aux gens, à leurs familles, à ce qu’ils vivaient.

Il avait commencé sa vie de travail comme soudeur assembleur chez Dominion Bridge à l’âge de 17 ans. Il s’est rapidement impliqué syndicalement et est devenu président de la section locale 2843 des Métallos en 1990. Il a mené avec brio la bataille pour la survie de l’usine en 1998. Devenu permanent syndical chez les Métallos en 2001, il était adjoint au directeur québécois depuis 2007. Il laisse dans le deuil son épouse Julie et ses deux fils Francis et Kevin. Il manquera beaucoup aussi à sa deuxième famille, syndicale. Lors de la dernière assemblée annuelle des Métallos, il a livré un message important : « N’arrêtez jamais de vous battre !»

La FTQ offre ses sincères condoléances à la famille de Guy, ainsi qu’à ses confrères et consœurs métallos.

La grande famille de la FTQ est en deuil

ven, 30/01/2015 - 09:49
Le confrère Guy Farrell, adjoint au directeur québécois des Métallos, est décédé le 29 janvier à l’âge de 58 ans, entouré de ses proches, à la Maison de soins palliatifs la Source bleue à Boucherville. Ce grand gaillard à la voix de stentor et au cœur d’or a marqué sa famille syndicale, par son militantisme, son courage, sa combativité. Toujours prêt à détendre l’atmosphère, il s’intéressait aux gens, à leurs familles, à ce qu’ils vivaient.

Il avait commencé sa vie de travail comme soudeur assembleur chez Dominion Bridge à l’âge de 17 ans. Il s’est rapidement impliqué syndicalement et est devenu président de la section locale 2843 des Métallos en 1990. Il a mené avec brio la bataille pour la survie de l’usine en 1998. Devenu permanent syndical chez les Métallos en 2001, il était adjoint au directeur québécois depuis 2007. Il laisse dans le deuil son épouse Julie et ses deux fils Francis et Kevin. Il manquera beaucoup aussi à sa deuxième famille, syndicale. Lors de la dernière assemblée annuelle des Métallos, il a livré un message important : « N’arrêtez jamais de vous battre !»

La FTQ offre ses sincères condoléances à la famille de Guy, ainsi qu’à ses confrères et consœurs métallos.

Le secrétaire général de la FTQ en tournée à Rouyn-Noranda - « Il faut stopper la croisade idéologique du gouvernement Couillard et réaffirmer nos valeurs. » — Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

mar, 27/01/2015 - 09:53
Rouyn-Noranda, le 27 janvier 2015. – En visite à Rouyn-Noranda à l’occasion d’une tournée du Québec des dirigeants de la FTQ, le secrétaire général de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, Serge Cadieux, invite les membres de la centrale à saisir toutes les occasions pour réaffirmer les valeurs qui ont contribué à construire un Québec aux couleurs de la démocratie, de l’égalité et de la justice, un Québec soucieux des besoins de sa collectivité. « Ce Québec, soutient le secrétaire général, le gouvernement libéral s’apprête à le démanteler. »

« Tout ce qu’on a pu voir depuis le retour des libéraux au pouvoir, c’est la volonté de rétrécir l’État québécois. Alors, nous faisons la tournée des régions pour savoir ce que les gens en pensent et pour partager notre analyse de ce qui s’en vient. Ce gouvernement obnubilé par l’équilibre budgétaire ne dit pas à la population que le grand chambardement des services publics auquel il se livre pourrait avoir des conséquences catastrophiques, dont une possible récession économique », explique Serge Cadieux.

« Nous sommes ici pour dire à la population de ne pas se laisser berner : les attaques contre les régimes de retraite municipaux, la restructuration du réseau de la santé, l’augmentation des tarifs de garderie, la fermeture des centres locaux de développement, les coupes budgétaires dans les collèges et les universités, la réforme des commissions scolaires, tout cela aura des conséquences profondes et imprévisibles sur le Québec que nous connaissons. Une autre conséquence majeure des politiques du gouvernement Couillard, c’est l’augmentation du coût de la vie des familles québécoises », ajoute le secrétaire général de la FTQ.

Le secrétaire général de la FTQ en tournée à Rouyn-Noranda - « Il faut stopper la croisade idéologique du gouvernement Couillard et réaffirmer nos valeurs. » — Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

mar, 27/01/2015 - 09:53
Rouyn-Noranda, le 27 janvier 2015. – En visite à Rouyn-Noranda à l’occasion d’une tournée du Québec des dirigeants de la FTQ, le secrétaire général de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, Serge Cadieux, invite les membres de la centrale à saisir toutes les occasions pour réaffirmer les valeurs qui ont contribué à construire un Québec aux couleurs de la démocratie, de l’égalité et de la justice, un Québec soucieux des besoins de sa collectivité. « Ce Québec, soutient le secrétaire général, le gouvernement libéral s’apprête à le démanteler. »

« Tout ce qu’on a pu voir depuis le retour des libéraux au pouvoir, c’est la volonté de rétrécir l’État québécois. Alors, nous faisons la tournée des régions pour savoir ce que les gens en pensent et pour partager notre analyse de ce qui s’en vient. Ce gouvernement obnubilé par l’équilibre budgétaire ne dit pas à la population que le grand chambardement des services publics auquel il se livre pourrait avoir des conséquences catastrophiques, dont une possible récession économique », explique Serge Cadieux.

« Nous sommes ici pour dire à la population de ne pas se laisser berner : les attaques contre les régimes de retraite municipaux, la restructuration du réseau de la santé, l’augmentation des tarifs de garderie, la fermeture des centres locaux de développement, les coupes budgétaires dans les collèges et les universités, la réforme des commissions scolaires, tout cela aura des conséquences profondes et imprévisibles sur le Québec que nous connaissons. Une autre conséquence majeure des politiques du gouvernement Couillard, c’est l’augmentation du coût de la vie des familles québécoises », ajoute le secrétaire général de la FTQ.

Les conservateurs se préparent-ils à museler les syndicats?

jeu, 22/01/2015 - 15:28
Lettre d’opinion de Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ, parue dans Le Devoir aujourd’hui.

Attaquée par un ministre du gouvernement fédéral sur la légitimité de sa participation aux débats politiques, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) juge que le débat a pris une tournure malsaine pour la démocratie. Depuis la semaine dernière, le ministre Denis Lebel est sur toutes les tribunes pour attaquer le droit des syndicats d’utiliser les cotisations de leurs membres afin de participer aux débats politiques et électoraux.

Fanfaron, il ajoute même que les leaders syndicaux devraient se présenter aux élections s’ils veulent y participer. On se demande d’où lui vient cette conception tordue d’une démocratie dans laquelle seuls sont habilités à participer aux débats ceux qui s’affichent comme candidats.

Les conservateurs se préparent-ils à museler les syndicats?

jeu, 22/01/2015 - 15:28
Lettre d’opinion de Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ, parue dans Le Devoir aujourd’hui.

Attaquée par un ministre du gouvernement fédéral sur la légitimité de sa participation aux débats politiques, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) juge que le débat a pris une tournure malsaine pour la démocratie. Depuis la semaine dernière, le ministre Denis Lebel est sur toutes les tribunes pour attaquer le droit des syndicats d’utiliser les cotisations de leurs membres afin de participer aux débats politiques et électoraux.

Fanfaron, il ajoute même que les leaders syndicaux devraient se présenter aux élections s’ils veulent y participer. On se demande d’où lui vient cette conception tordue d’une démocratie dans laquelle seuls sont habilités à participer aux débats ceux qui s’affichent comme candidats.

La FTQ devant la Commission parlementaire sur le projet de loi n<span style="vertical-align: super; font-size: 75%;">o</span> 27 sur les services de garde - « Au lieu de réduire les services de garde à une marchandise, Québec doit renforcer le résea

lun, 19/01/2015 - 11:15
Québec, le 19 janvier 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) ne peut que dénoncer le projet de loi no 27 du gouvernement libéral et lui demande de refaire ses devoirs. « Il est inconcevable que l’on veuille pénaliser des parents, entre autres, pour ce que l’on appelle les “places fantômes”, alors qu’il y a une importante pénurie de places à contribution réduite dans le réseau.

La FTQ estime que cette façon de faire du gouvernement est improvisée et précipitée. Nous disons oui à une saine gestion du programme, mais cela doit se faire dans le but d’améliorer le réseau et non de le paralyser ou de sanctionner les parents », déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Consultez le mémoire de la FTQ sur le projet de loi no 27

La FTQ devant la Commission parlementaire sur le projet de loi n<span style="vertical-align: super; font-size: 75%;">o</span> 27 sur les services de garde - « Au lieu de réduire les services de garde à une marchandise, Québec doit renforcer le résea

lun, 19/01/2015 - 11:15
Québec, le 19 janvier 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) ne peut que dénoncer le projet de loi no 27 du gouvernement libéral et lui demande de refaire ses devoirs. « Il est inconcevable que l’on veuille pénaliser des parents, entre autres, pour ce que l’on appelle les “places fantômes”, alors qu’il y a une importante pénurie de places à contribution réduite dans le réseau.

La FTQ estime que cette façon de faire du gouvernement est improvisée et précipitée. Nous disons oui à une saine gestion du programme, mais cela doit se faire dans le but d’améliorer le réseau et non de le paralyser ou de sanctionner les parents », déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Consultez le mémoire de la FTQ sur le projet de loi no 27